Ils nous ont découverts !

Ils nous ont découverts ! Pourtant ils ne nous cherchaient pas. D'ailleurs, ils ne pensaient pas à nous. Il faut savoir que nous ne les intéressons pas. Nous faisons, à la limite, partie du décor. Ils vivent tranquillement leur paisible existence !

Nous ? Nous étions aux aguets, à l'affût de tout ce qui bouge, de tout ce qui vit dans cette immense cathédrale de verdure. Nous voulions être les spectateurs de cette superbe pièce qu'est la vie animale et végétale. Et, croyez moi, le théâtre était de qualité !

 

Attentifs au jeu de chaque acteur, nous suivions les évolutions de l'écureuil ou de la gélinotte. Pas question de les déranger, nous étions chez eux. Combien de fois avons-nous vu le pic épeiche grimper le long d'un tronc ou percer l'écorce d'un superbe tilleul pour y puiser sa nourriture ? Au bout de l'allée, se profilait un groupe de cerfs et de biches. Nous restions figés tant qu'ils n'avaient pas disparus dans la forêt, émerveillés de les voir vivre.

 

forêt de Białowieża, Cerfs et biches
Cerfs et biches
forêt de Białowieża

Sur le bord de la route, un tapis d'hépatiques faisait danser ses dizaines de corolles mauves, au rythme de la brise légère du matin. Parfois quelques anémones fausse-renoncule les accompagnaient de leur parure d'or.

Et pourtant, dans cette pièce, merveilleusement vivante, nous cherchions de nos yeux et de nos oreilles, les acteurs principaux de ce théâtre de verdure. Nous regardions partout. Nous étions aux aguets du moindre froissement de feuille encore dans son bourgeon protecteur. Nous les cherchions et nous ne les trouvions pas.

En entrant dans cette grande clairière de souches pourrissantes, nous espérions les voir. Nous avions un champ de vision immense. Rien. Encore déçu, dans notre quête, nous faisons demi-tour. Et là ! Juste là, mimétiques au travers des troncs de chênes et de frênes, ces masses rousses, imposantes de force contenue, remontaient du fond des âges. Les bisons, car c'étaient bien eux, semblaient avoir toujours été là, au milieu de la forêt, tout près de nous. Stupéfaits et émerveillés, nous n'osions plus bouger de peur de dissiper ce rêve venu de la préhistoire. Quand je pense qu'ils ont faillis disparaître, à tout jamais, au début de siècle...

Bisons d'Europe, forêt de Białowieża
Bisons d'Europe

 

Leur curiosité satisfaite et considérant que nous ne représentions pas un danger potentiel, ils sont repartis.

 

Bisons d'Europe, forêt de Białowieża
Bisons d'Europe

Les bisons d'Europe traversèrent la clairière et disparurent comme ils nous étaient apparus. Leur puissante masse se volatilisait dans cette gigantesque forêt. Imposants et paisibles, ils nous avaient découverts !

Guido Meeus
Janvier 1991