La Vie sur... le frêne commun


Oleaceae

Fraxinus excelsior L., 1753



Cette fiche est consacrée à une plante et au milieu particulier qu'elle présente pour de multiples espèces que nous vous présenterons au fur et à mesure de nos découvertes. Vous pouvez participer à la réalisation de cette fiche en nous envoyant des photos, des rencontres que vous avez fait.

Nous vous présentons en premier, la plante, puis les espèces vivant dessus et autour d'elle.


L'arbre

Le frêne commun, fréquent dans toute la France, est l'une des trois espèces de frênes de France.

Les deux autres espèces sont :

  • le frêne à feuilles étroites (Fraxinus angustifolia) qui dépasse rarement le nord d'une ligne Nantes-Belfort.
  • le frêne à fleur (Fraxinus ornus) qui, lui, est franchement méditerrannéen.

Les frênes font parties de la famille des Oleacées, la famille de l'olivier et du troène.

Le frêne commun a été grandement utilisé par les humains :

  • bois d'œuvre, menuiserie et ébénisterie
  • bois de chauffage
  • alimentation du bétail (feuilles)
  • ornement des parcs, jardins et rues...

 


Au printemps, les bourgeons se dévelop-pent en fleurs puis fruits, feuilles (apparaissant en même temps que les fleurs en avril) et en rameaux.

Il est aisé de le reconnaitre par ses bourgeons noirs. C'est le seul arbre qui a cette couleur de bourgeons.

En haut à gauche : débourrement des feuilles opposées

En bas à gauche : débourrement des boutons floraux

Ci-dessus et en haut à droite : les écailles internes et vertes du bourgeons s'écartent, les feuilles grandissent

En bas et à droite : feuilles et début de fructification

Ci-dessous : début de fructification


 

Les feuilles sont composées (aucun bourgeon à la base des folioles) et opposées en croix.

 

 

Les fruits, communément appelés "hélicoptères" sont des samares ailées. La dissémination du pollen des fleurs et des graines qui en résultent, est liée au vent.

 



La vie sur et autour de l'arbre

 

 

 

 

 

Le tronc est le support d'espèces comme les mousses (Bryophytes) ou les lichens (symbioses de champignons et d'algues vertes)


Par contre les blessures, surtout lorsqu'elles sont importantes, offrent la possibilité à de nombreux animaux (insectes) et champignons (fonge) de se nourrir de l'arbre.

L'arbre réagit en essayant de recouvrir la plaie par un cal cicatriciel (photo du bas où le cal n'arrive pas à recouvrir la racine abimée).

Le lierre est accusé à tord de tuer les arbres !

 

Il se développe dessus en s'accrochant. Malheureusement, souvent coupé à la base, il meure ! Il n'est donc pas parasite.

 

Regardons aussi l'évolution dans sa chronologie véritable, il arrive aussi souvent à être à maturité lorsque l'arbre arrive à la sénescence.

 

Par contre, il concourt à la vie sur l'arbre en offrant, par ses fruits, de la nourriture aux oiseaux, comme le merle noir.

L'évolution des espèces et des climats modifient la vie des espèces.

 

Ainsi, les arbres ayant des fleurs véritables, en régions tempérées du Monde, perdent leurs feuilles à l'automne.

 

Ce mécanisme s'est mis en place pour limiter la perte d'énergie. Mieux vaut perdre ses feuilles et les recréer au printemps que de les entretenir en hiver, comme la plupart des conifères.

 

Cela offre aussi à de nombreux champignons la possibilité de se développer, en les dégradant, sur les feuilles ne recevant plus de sève.


Le gel printanier peut être défavorables aux jeunes feuilles.
Le gel printanier peut être défavorables aux jeunes feuilles.

 

 

En hiver, les cervidés (cerf élaphe, chevreuil) cherchent de la nourriture.

 

Ne trouvant pas de feuilles tendres, celles des conifères étant trop dures, ils vont écorcer les arbres.

 

Les dents de ces mammifères vont ronger les parties tendres, l'écorce et aller jusqu'au cambium.

 

L'arbre va, au printemps et en été, fabriquer partiellement une nouvelle écorce qui apparait, sur la photo de droite, d'un gris plus clair.



Passons aux p'tit' bêtes

 

Les acariens

Parmi les acariens, il y en a un, Aceria fraxinivora (Nalepa, 1909), le phytopte du frêne, qui se fait facilement remarquer par les galles qu'il laisse sur les inflorescences des frênes.

 

Ces galles restent plusieurs années et forment des boules marrons bien visibles.

 

Ces galles sont très fréquentes, et, un arbre peut accueillir l'acarien en grand nombre, à côté d'un autre frêne qui n'en n'a pas.


 

Les insectes sur le tronc et les bourgeons

Les fourmis sont des insectes de l'ordre des hyménoptères (groupe des abeilles, guêpes, etc.).

 

Elles explorent tous les milieux en quête de tout ce qui peut faire fonctionner la fourmilière, nourriture, débris permettant l'alimentation en chaleur ou le renouvellement de la couverture de la fourmilière, etc.

 

Elles élèvent également des colonies de pucerons (Insectes de l'ordre des Hémiptères, sous-ordre des Sternorrhyncha) qui leur apportent une nourriture sucrée, le miellat.

 

Ainsi, il est possible de voir des fourmis sur les arbres, dont le frêne.


 

 

Voici un bourgeon de frêne qui se développe en feuilles.

 

Les écailles noires se sont agrandies, perdant leur couleur caractéristique de l'espèce.

 

En y regardant de plus près, il est possible de voir... une petite tache jaune-orangée sur l'écaille de gauche.

 

Il s'agit d'une larve de punaise (ordre des Hémiptères, sous-ordre des Hétéroptères, les punaises) qui a dû passer tout l'hiver cachée sur ou dans un repli de l'écorce.

 

Elle est attirée par les jeunes feuilles où elle va pouvoir planter son rostre et se nourrir des cellules.


 

Les insectes sur les feuilles

 

Un papillon (ordre des Lépidoptères) se nourrit, à l'état de chenille, des feuilles de frêne.

 

Il s'agit de la lichénée bleue (Catocala fraxini).

 

Décrite par Linné en 1758, avec le nom d'espèce fraxini en référence au frêne, cette noctuelle de la famille des Erebidae...

   ... préfère souvent d'autres arbres comme les trembles ou les chênes.

 

C'est un grand papillon, bien visible, mais qui a tendance à se protéger des prédateurs, en se cachant.


 

D'autres insectes vivent aux dépends des feuilles de frêne. Ce sont de petites mouches qui vivent à l'intérieur de galles.

 

Ces mouches (ordre des Diptères) font parties d'une famille dont les représentant font couramment des galles, les cécidomies (Famille des Cecidomyiidae).

 

Dasyneura fraxini, tel est leur nom scientifique, se logent dans les nervures des folioles comme nous le montrons ci-dessous, d'abord en contre-jour, puis avec la feuille cueillie et retournée.



Voici actuellement, ce que nous avons pu observé sur cet arbre.

 

Pour aller plus loin, nous remercions l'OPIE (Office pour les Insectes et leur Environnement) de nous accorder l'utilisation des documents ci-dessous.

 

Nous vous invitons également à aller sur leur site internet en cliquant sur leur nom : OPIE

 

Voici bien d'autres habitants du frêne, présentés par Remi Coutin, en 1996 dans le numéro 100 de la revue INSECTES de l'OPIE.

Nous n'avons qu'actualisé un nom d'ordre qui est devenu obsolète.

 

Vous pouvez découvrir l'article en entier en le téléchargeant ci-dessous.

 

Télécharger
Insectes et acariens du Frêne
Article de Rémi Coutin paru dans la revue Insectes de l'OPIE au premier trimestre 2000.
OPIE-Insectes-100-1996-R Coutin.pdf
Document Adobe Acrobat 792.1 KB