Les Passeriformes - 10- Fringillidae


Les Passeriformes (l'ordre des passereaux) sont composés de multiples familles. Nous les présentons par familles ou groupes de familles.

 

Cette page présente les fringillides (Fringillidae) : bec-croisé, bouvreuil, chardonneret, gros-bec, linotte et pinsons (Première partie).



 

Voici les espèces que nous avons observés en Maurienne.

En bleu foncé, les données de La Dauphinelle, en bleu clair les données des organismes formant l'Observatoire de la Biodiversité de la Savoie


Famille des Fringillidae


Le bec-croisé des sapins

 

Loxia curvirostra Linnaeus, 1758

Passeriformes - Fringillidae

 



Le bec-croisé des sapins vit en groupes, souvent bruyants, ce qui permet de les repérer quand on a enregistré leurs cris.

Mâles rouges, femelles vert-grisâtre, leur bec à mandibules dissymétriques est une adaptation pouvant fendre ou écarter les écailles des cônes d'épicéas ou de pommes de pins. Ils en extraient la graine riche en énergie.

 

Cet indice des écailles de cônes d'épicéa fendues donne la possibilité de noter la présence de l'espèce.

Visible toute l'année, le bec-croisé des sapins (fort mal nommé car il consomme essentiellement de l'épicéa) est présent dans toutes les forêts de conifères. Quelques rares exceptions (Epierre, Saint-Sorlin d'Arves ou Bessans) seraient à vérifier.


Le bouvreuil pivoine

 

Pyrrhula pyrrhula (Linnaeus, 1758)

Passeriformes - Fringillidae

 

Tête noire au-dessus des yeux, poitrail rouge pour le mâle, d'un marron profond pour la femelle, le bouvreuil pivoine nous semblait peu commun en Maurienne, jusqu'au bilan qui comporte une présence sur toute la vallée et de nombreuses observations (700 pour l'OBS et 162 pour La Dauphinelle).

 

Cette espèce est discrète, malgré sa parure éclatante, toujours en petit nombre, donnant une fausse idée de rareté.


Le chardonneret élégant

 

Carduelis carduelis (Linnaeus, 1758)

Passeriformes - Fringillidae

 

 chardonneret élégant est également une espèce facile à reconnaitre et qui est tout aussi facile à voir tout au long de l'année, jusqu'à plus de 2150m d'altitude.


Le grosbec casse-noyaux

 

Coccothraustes coccothraustes (Linnaeus, 1758)

Passeriformes - Fringillidae

 

Le grosbec casse-noyaux présenté en vol au Muséum d'Histoire Naturelle de Genève.
Le grosbec casse-noyaux présenté en vol au Muséum d'Histoire Naturelle de Genève.
Le voici dans une mangeoire en hiver
Le voici dans une mangeoire en hiver

 

Le grosbec est plutôt un visiteur hivernal en Maurienne, excepté en début de vallée où des observations ont été faites en mai.


La linotte mélodieuse

 

Linaria cannabina (Linnaeus, 1758)

Passeriformes - Fringillidae

 


Espèce d'altitude (vue de 1174 à 2480m d'altitude), la linotte mélodieuse est présente partout où un paysage découvert est présent.


Le pinson des arbres

 

Fringilla coelebs Linnaeus, 1758

Passeriformes - Fringillidae

 

Le mâle

La femelle


Avec plus de 3700 observation (dont 1/3 de La Dauphinelle) le pinson des arbres est une espèce très commune partout en Maurienne.

Les deux graphes présentés, l'un temporel, l'autre altitudinal et temporel présentent les éléments suivants :

  • une moindre observation pendant la période de nidification et élevage des jeunes,
  • une diminution des effectifs en hiver, due à une migration partielle, même si une partie de la population reste en altitude.


Le pinson du Nord

 

Fringilla montifringilla Linnaeus, 1758

Passeriformes - Fringillidae

 

Photo de Thierry Laurent
Photo de Thierry Laurent
Photo de Thierry Laurent
Photo de Thierry Laurent

Visiteur hivernal, le pinson du Nord est fréquemment vu dans toute la vallée. Les dates extrêmes notées par les adhérents de La Dauphinelle sont le 21 octobre et le 13 avril.