De cette fiche, vous pouvez accéder aux fiches suivantes en cliquant sur le nom :

 


La Nature en Maurienne en 2022 (et ailleurs...) : première page



Avril-mai 2022

 



Le 4 mai, Isabelle nous immortalise (Il fallait au moins ce terme !) quelques espèces pendant le stage de Chloé...

Un circaète Jean-le-Blanc par ici,...

... une fleur de laitue vivace par là...

Mais, surtout, un grand bombyle (butinant une saponaire de Montpellier, puis s'envolant), une abeille (butinant et emportant son butin) et un revers turquoise (dessus et dessous pour bien l'identifier)...

Chapeau bas devant de si beaux instants de vie mis à disposition...






Saint-Jean-de-Maurienne, vers les voies ferrées de la SNCF, un chant particulier retentit. C'est le torcol fourmilier, cet oiseau de la famille des pics qui est capable de regarder à presque 360° !

Guido l'a rencontré sur un épicéa...



Fin avril, commune de Jarrier, lors d'une sortie de La Dauphinelle, les adhérentsont pu assister à la fin de l'émergence d'un ascalaphe (Libelloides coccajus) . Cet imago (adulte) de névroptère est encore fragile. Ses ailes sont déployées, mais en cours de séchage; Elle sont encore translucide. Les tâches noires qui se terminent en pointe sur les ailes postérieures donnent l'indication de l'espèce.

Souvent pris pour des papillons, ces insectes sont des névroptères et non des lépidoptères. Ils n'ont pas d'écailles sur les ailes, ni de trompe. Ce sont des prédateurs qui ont la capacité d'attaquer leurs proies en vol.

Ils n'en restent pas moins de superbes insectes des coteaux chauds.

 

Nous vous invitons à cliquer sur connaitre / Neuroptera pour découvrir les deux espèces d'ascalaphes de Maurienne.


De janvier à mars 2022

 

Notre activité a été réduite, mais nous avons quand même quelques belles images de nature à vous proposer...

Nous suivons l'installation du castor en Maurienne (Photo ci-dessus de Julie D.)

Un héron cendré, en vol, emmène une proie qui semble être un campagnol.
Un héron cendré, en vol, emmène une proie qui semble être un campagnol.

Notre première observation (de La Dauphinelle) de héron pourpré en Maurienne, parmi 4 hérons cendrés... (Photos Julie D.)

Sur un perchoir bien utilisé (fientes), un milan royal.


Nous l'avions découvert, pour la première fois, fin 2021...

               Nous l'avions fait expertisé par François Dusoulier du Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris...

                              Et nous l'avons de nouveau vu (dans la même commune) en cette fin mars 2022.

                                             Nous l'avons capturé, identifié, puis remis dans son épicéa (Photos du dessous et du dessus par Guido)

Premières observations d'Holcogaster fibulata (Germar, 1831) en Maurienne.


Saint-Martin-la-Porte, fin mars, MaiMau nous photographie un drôle d'oiseau... sur une vigne située sur une tonnelle...

Ces trois superbes photos d'Alain (Merci pour cette info importante) représente l'un des derniers pinson du Nord hivernant en Maurienne. Il va repartir vers son aire de nidification.

 

Or, si les premières données sont faciles à faire (Un oiseau nouveau {même si nous l'attendons} apparait à l'automne), les dernières observations des migrateurs hivernaux sont plus rares.

Il en est de même de nos migrateurs qui viennent nicher chez nous. Nous les attendons : hirondelles, martinets, traquets motteux et autres pipits... Mais quand repartent-ils ?

 

Si vous avez envie de les connaitre et de les suivre, contactez-nous. Plus nous serons nombreux à connaitre, plus nous aurons d'observation pour suivre ces espèces.


2e observation de cette belle coccinelle en Maurienne. L'inventaire redémarre, d'autant plus qu'on nous a signalé l'année dernière une 34e espèce que nous n'avons pas encore vu...

Photo de Guido
Photo de Guido

A Saint Julien Mont Denis, une araignée est sur une galle d'Andricus quercusfolii, petit hyménoptère vivant dans la galle.

Photo de Gigi
Photo de Gigi

De cette fiche, vous pouvez accéder aux fiches suivantes en cliquant sur le nom :