La Nature en Maurienne en 2021 (et ailleurs...)



15 juin 2021

 

Sous le Col du Galibier, encore enneigé, les premières fleurs apparaissent (Renoncule des glaciers et saxifrage à feuilles opposées).


Le panorama reste impressionnant de grandeur et de beauté.


850m plus bas, la prairie montagnarde se pare de sauges des prés et de campanules thyrsoïdes...



24 juin 2021

 

La sortie du groupe flore de La Dauphinelle va évaluer la fonte des neiges en 9 jours...

La zone humide complètement enneigée le 15 est couleur terre le 24. Même les alentours du col du Galibier semble déneigé.



Eté 2021

 

Les mois d'été étant une période chargée sur le terrain, nous n'avions pas mis à jour la nature en Maurienne au fur et à mesure... Voici résumé par des photos de quelques adhérentes de La Dauphinelle quelques évènements marquants.

 

A Saint-Martin-sur-la-Chambre, les lucanes cerf-volant ont virevolté le 11 juillet avant de s'accoupler...

 

Ci-dessous la femelle ayant atterri, elle n'a pas encore replié ses ailes sous ses élytres.


 

 

 

A Montricher-Albanne, le ballet aérien des martinets alpins a pu être fixé "sur la pellicule" (pour ceux qui ont connu l'argentique) ou "sur la carte mémoire" (pour les nouvelles générations).


 

 

A Saint-Alban-des-Villards, nos deux stagiaires de début juillet accompagnées de Sylvie ont fait de belles découvertes...

 

 

Tout d'abord cette superbe petite mare à tétards de grenouilles rousses et....

 

... à immatures de salamandre tachetée...

 

Ce qui nous a permis de rencontrer Madame le Maire de Saint-Alban-des-Villards avec qui nous avons eu un échange particulièrement intéressant. Remerciements.

 

C'est la première station de salamandre tachetée dans la vallée des Villards et la plus en amont dans la Maurienne !


Cette observation sera transmise à l'INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel) qui rassemble les données naturalistes sur l'ensemble de la France et qui est géré par le Service PatriNat, commun au Muséum National d'Histoire Naturel, l'OFB (Office Français de Biodiversité) et le CNRS.

L'espèce est connue de Maurienne par plusieurs observations. Celle-ci contribuera à la mise à jour de la pérennité de l'espèce.


Quant à notre spécialiste, qui était en réunion avec le collège de Saint-Etienne-de-Cuines pour un projet de 6e Biodiversité...

Il ne l'a toujours pas vu !

 

Nous vous en reparlerons, car notre collaboration nous permettra de vous présenter les bourdons de Maurienne...

 

 

Contactés par l'association lyonnaise ARTHROPOLOGIA, qui réalise un inventaire des bourdons de la région Auvergne-Rhône-Alpes, nous contribuons à la connaissance de ces insectes hyménoptères...


 

Enfin, quand un serpent se présente à vous, si vous êtes à plus d'un mètre de lui, vous ne risquez vraiment rien.

 

Ainsi, cette vipère aspic a été photographiée avant de s'enfuir, car c'est elle qui a eu le plus peur.


Même notre photographe qui, avant, avait peur des serpents, a pu prendre cette photo où il est possible de voir la pupille verticale des vipères.

 

Apprendre à connaitre permet de respecter la vie, même d'animaux qui peuvent éventuellement représenter un danger.

 

A propos, on ne supprime pas les voitures responsables des milliers  de morts sur la route...