La Nature en Alpes de Haute-Provence, Alpilles et Luberon en  juin 2021



Juin 2021

 

Nos deux animateurs principaux.... Sylvie et Guido... partent en vacances dans le sud... Que vont-ils nous rapporter ???

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Dans les Alpes de Hautes-Provence, c'est une étrange construction qui va alerter Sylvie...

Au-dessus d'un trou, un terrier, une étrange construction nous intrigue. Qui a tissé les herbes qui entoure l'accès au terrier ?

 

Mais il y a un occupant au fond du trou...

 

Une patiente surveillance nous fera rencontrer l'occupant...

 

c'est une tarentule (Lycosa tarentula Linnaeus, 1758), cette "araignée féroce" qui est à la création de la danse de la Tarentelle, censée éliminer les effets de la piqûre de cette araignée.

 

Nous resterons de longs moments à essayer de la voir sortir...

 

... en vain, c'est elle qui avait plus peur de nous !

 

 

De ses multiples yeux, elle ne savait pas si nous étions une menace...

 

Par précaution, elle est restée sagement dans son terrier.

 

Nous l'avons laissée tranquille pour qu'elle puisse aller se nourrir au crépuscule.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Nous avons également vu de grosses bêtes...        Au point de leur demander d'aller voler plus haut (rire :) )

Nous avons transmis à Vautours en Baronnies les lettres DYE visibles sur la bague... Nous attendions la réponse !

Et bien la voici de la plume de Christian Tessier de Vautours en Baronnies que nous remercions.

Tout d'abord, Errare humanum est... C'est un vautour moine et non un fauve comme nous l'avions pensé.

Voici une partie du courriel de Christian Tessier :

Nous avons bagué son poussin il y a deux jours ! (soit le 24 juin)
La colonie de vautours des Baronnies évolue sur un territoire de 23000 km² (surface calculée grâce aux quelques vautours fauves et moines équipés de GPS). Le lieu de la photo est donc relativement proche pour un vautour.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

A Les Mées, ce sont les choucas des tours qui nous ont permis de les regarder de près (de leurs nids dans la falaise)...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Il y a eu aussi la Durance avec son lot de découvertes, de surprises et d'émerveillements...


Et sur la berge, en face, côté Bouches-du-Rhône, des trous indiquent la présence de nids d'hirondelles de rivage et de guêpiers d'Europe.

 

Nous aurons la chance de voir ces derniers de près...

 


Toutes les photos sont de Guido Meeus et soumises à autorisation pour toute utilisation.


Un autre oiseau très coloré vivait là également.

Nous l'avons rencontré de loin, mais cela a été un régal d'une rencontre au bord de la Durance.

 

Le rollier d'Europe


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Mais d'autres espèces nous attendaient, comme l'aigle de Bonelli.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Mais la grande richesse du Luberon et des Alpilles est la géologie...

 

Et le premier site que nous vous invitons à visiter est URGONIA...

Situé dans la commune des Bouches-du-Rhône, d'Orgon, ce musée est une pépite dans un bloc de roche calcaire, naturellement.

 

Le terme d'Urgonien donné par Alcide d'Orbigny, en 1850, pour des falaises calcaires de cette commune a permis une avancée dans la science géologique.

 

Nous vous invitons vraiment à parcourir ces quelques salles (2 sur la géologie de l'Urgonien, une sur les oiseaux remarquables des Alpilles et une très belle salle sur l'archéologie). Nous nous imprégnions, en quelques instants d'émerveillement de la beauté des fossiles restés dans ces roches depuis des millions d'années...



La salle sur les oiseaux particuliers des Alpilles est ouverte à tou.te.s avec des textes en braille et des dessins en relief permettant aux mal-voyants de s'imaginer la réalité.

 

 

Quant à la salle archéologique, elle est simple et de toute la beauté des exemples particuliers !



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le parc naturel régional du Luberon, géoparc international présente, à Apt, également la géologie sur un territoire plus vaste.

 

Alcide d'Orbigny (1802-1857) proposa les termes d'Urgoien (ci-dessus) et le terme d'Aptien.

 

En sous-sol, dans une superbe salle voutée, le parc naturel régional nous présente l'histoire géologique du Lubéron en 3 périodes pour aboutir à la lecture des paysages actuels (Voir ci-dessous l'ensemble des 3 vitrines).

 

Ces présentations sont accompagnées de fossiles, comme ce Bachitherium, un herbivore proche des gazelles, qui vivait dans le Luberon, 30 millions d'années avant nous.

 

Des tiroirs situés sous les vitrines nous apportent des informations complémentaires, comme celle de la dérive de la Corse et de la Sardaigne.


Simplement, des endroits à visiter, où nous avons été accueillis chaleureusement.